aprs le doctorat > Rhne-Alpes > Travailler en France


Travailler en France

Les postes de chercheurs et enseignants-chercheurs sont ouverts sans discrimination de nationalité et non conditionnés par le pays d’obtention du diplôme.
Les concours de la fonction publique sont ouverts à tous les ressortissants de l’Espace économique européen et de la Suisse qui justifient d’un diplôme équivalent à celui exigé par le concours.

Ressortissants des pays de l’Espace économique européen-EEE (Union Européenne-UE, Norvège, Islande, Liechtenstein) ou de la Suisse

Vous n'avez pas besoin de visa pour venir chercher un travail en France puis pour y travailler. La situation de l’emploi ne vous est pas opposable. Vous pouvez donc circuler, habiter, travailler librement en France. Vous n’avez pas besoin d’autorisation de travail. Il en est de même pour les membres de votre famille, s'ils sont de nationalité UE/EEE.
NB : les ressortissants croates sont encore soumis à des règles transitoires pour pouvoir chercher un travail en France, y travailler et s’y établir et doivent donc se conformer aux procédures administratives propres qui ont été définies.

Ressortissants des pays hors EEE ou Suisse

Si vous avez obtenu votre diplôme de doctorat en France, vous êtes autorisé à rester en France pour chercher du travail pendant 12 mois. Si vous trouvez un emploi en rapport avec vos qualifications, la situation de l’emploi en France ne vous est pas « opposable », ce qui signifie que votre nationalité ne peut pas être discriminante.
 
En revanche, si vous avez obtenu votre diplôme de doctorat hors de France, vous avez besoin d’une autorisation de travail et d’un visa spécifique pour venir en France exercer une activité professionnelle. Ces démarches doivent être faites depuis votre pays d’origine. Il faut donc trouver un emploi en France avant de venir.
 
NB : pour des séjours inférieurs à 90 jours, certaines nationalités peuvent être exemptées de demande de visa. Toutefois, en cas d’activité salariée, il conviendra dans tous les cas d’obtenir une autorisation de travail.

Deux types de visa peuvent concerner les scientifiques étrangers souhaitant venir travailler en France :

le visa mention « scientifique »


Si votre employeur en France est habilité à établir une « convention d’accueil d’un chercheur ou enseignant-chercheur étranger », vous pourrez bénéficier de ce statut très avantageux. La « convention d’accueil » permet au chercheur étranger de venir en France avec sa famille et d’exercer son activité professionnelle, telle que décrite dans la Convention d’Accueil, et au bénéfice du seul organisme d’accueil signataire de la Convention.

La majorité des établissements publics ou privés d'enseignement supérieur, des organismes français de recherche et certaines structures privées ont été agréés par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et peuvent donc établir des « conventions d’accueil ».

Etapes de la convention d’accueil

1) Elle est rédigée par l’établissement d’accueil et signé par le Président ou Directeur de l’établissement.

2) Elle est envoyée pour signature à la Préfecture du lieu de résidence du siège social de l’établissement d’accueil.

3) Elle revient dans l’établissement qui l’envoie au chercheur dans son pays de résidence.

4) Le chercheur reçoit la convention, la signe et se rend au consulat de France de son lieu de résidence habituel pour demander son visa scientifique chercheur.

le visa mention « salarié »

 Sont exclus de la procédure « scientifique » les chercheurs qui viennent travailler dans le secteur privé accueillis par une entité non agréée. Ces chercheurs se verront appliquer la procédure de droit commun appelée "procédure d'introduction du travailleur salarié", à l’initiative de l'employeur.