aprs le doctorat > Rhne-Alpes > Mtiers et carrires


Mtiers et carrires

La carrière académique

La carrière académique a pendant longtemps été la voie naturelle pour le titulaire d’un doctorat. Désormais, l’obtention d’un poste stable est de plus en plus longue et difficile, dans un contexte de financement sur projets. Les exigences sont de plus en plus élevées et suivent les standards internationaux (publications dans des revues de rang A, participation à des colloques internationaux, expériences autres, etc.).

Les réseaux peuvent jouer un rôle dans l’obtention d’un poste. Il y a parfois un décalage entre les procédures de recrutement règlementaires qui sont présentées ci-dessous et les usages (nécessité de l’agrégation-concours de l’enseignement secondaire- ou non, etc.).
 
Désormais, la phase postdoctorale est essentielle dans la carrière académique.

A noter ! Les postes dans la recherche publique en France sont ouverts aux candidats de toutes nationalités.

Le « postdoc » n’a pas de statut juridique en France : il s’agit d’un contrat à durée déterminée (CDD) d’une durée de 3 ans maximum adressé à un docteur. Il permet à un jeune docteur de conduire un travail de recherche différent de celui de sa thèse. Les postdocs constituent une étape quasiment obligatoire dans une carrière académique. La plupart des docteurs interrogés qui se destinaient à une carrière dans le public et qui y sont parvenus en avaient effectué au moins un.

Le postdoc permet de valoriser ses travaux de doctorat (publications, communications), d’étoffer son dossier pour candidater à des postes dans la recherche académique et de diversifier son CV en vue d’un recrutement par une université, un institut ou une entreprise. Un postdoc à l’étranger est une belle occasion de compléter son expérience de la recherche et d’élargir son réseau et ses opportunités.

A noter : Le postdoc peut aussi s’avérer un passage utile pour négocier une insertion dans le monde de l’entreprise. Loin d’être une voie d’attente, il permet d’acquérir de nouvelles compétences : le pilotage de projet, la gestion d’équipe, le montage de dossiers de financement, l’entretien d’un réseau de collaborations, et dans le cas d’un projet international, la communication en langue étrangère et l’adoption d’une autre culture organisationnelle.

Les enseignants-chercheurs (maîtres de conférences et professeurs des universités) sont des fonctionnaires du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche nommés dans un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche (Universités, Grande Ecoles) par voie de concours. Leur mission se répartit notamment entre fonction d’enseignement dans leur établissement et une fonction de recherche au sein de leur laboratoire de rattachement. Les postes de professeurs, moins nombreux, sont destinés à des chercheurs et enseignants-chercheurs expérimentés.

►Devenir enseignant-chercheur

Les chercheurs (chargés de recherche et directeurs de recherche) sont des fonctionnaires, recrutés eux aussi par voie de concours qui exercent dans des organismes publics de recherche comme le CNRS, l’INSERM, le CEA, l’INRA… Leur poste ne comporte pas d’activité d’enseignement mais, s’ils le souhaitent, ils peuvent enseigner dans un établissement.

►devenir chercheur

Les ingénieurs de recherche sont des fonctionnaires, recrutés par voie de concours, qui participent à la mise en œuvre d’activités de recherche, de formation, de gestion, de diffusion des connaissances et de valorisation de l’information scientifique et technique. Ils exercent au sein des établissements d’enseignement supérieur, des grands établissements et des établissements sous tutelle du ministère.

►devenir ingénieur de recherche


Métiers de la fonction publique

Les fonctions publiques territoriale (administration des collectivités locales), hospitalière, d’État et européenne offrent aussi d’intéressantes possibilités de carrières à de jeunes professionnels à haut potentiel. Elles recrutent également par voie de concours. Elles sont ouvertes en France aux ressortissants de l’Union Européenne.
 
En France, il y a un débat sur l’accès des docteurs aux concours d’entrée dans la haute administration et la haute fonction publique. Si la reconnaissance du doctorat est promise depuis plusieurs années par les dirigeants politiques, et qu’elle a été adoptée dans la loi sur l’Enseignement supérieur et de la recherche en mai 2013, elle n’est toujours pas mise en place et ses conditions demeurent incertaines.

En savoir plus sur les métiers des fonctions publiques françaises



Les docteurs sont de plus en plus nombreux à intégrer le secteur privé, tant en entreprise que dans le secteur associatif, et dans des domaines d’activités variés.

En effet, le doctorat n’est pas seulement un niveau de diplôme et de qualification prestigieux, il est avant tout le résultat d’une expérience professionnelle de recherche qui a permis au docteur d’acquérir des compétences et des qualités personnelles transférables dans une entreprise, dans un autre métier, voire un autre secteur.

Les entreprises recrutent les docteurs pour la recherche et l’innovation, lorsqu’elles ont besoin d'une expertise scientifique et technique poussée, sur des postes de chargé d’études, d’expert ou de consultant.

Dans les grandes entreprises, les « experts » sont amenés à évoluer vers des postes de « manager » responsables de services, de départements, de directions, dans la recherche comme dans d’autres activités.

Pour les domaines de spécialisation de la région Rhône-Alpes, voir le panorama régional.

Les docteurs peuvent également occuper des postes clés nécessitant de nombreuses compétences qui ne se limitent pas à leur champ d'expertise. On les rencontre dans la formation, l’édition, les fonctions juridiques, le conseil mais aussi dans l’informatique, la production, le commercial, la communication, le marketing ou les fonctions supports.

Attention! Le docteur peut être en compétition avec d’autres profils (ingénieurs ou masters, diplômés de grandes écoles) et il doit composer avec des freins qui peuvent jouer à l’encontre de l’embauche des docteurs : coût supposé élevé du docteur, études longues réputées peu opérationnelles ou surqualification par rapport aux besoins.

Pour bien se préparer: voir la section "Trouver un emploi"

Entreprendre

Les jeunes docteurs créent de plus en plus leur propre activité. Le régime de l’auto entrepreneur et maintenant, le statut d’étudiant entrepreneur facilitent la création d’entreprise.
Des structures peuvent les accompagner dans leur projet.

Innovation à partir de la recherche académique

Les Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies (SATT) ont pour mission de  valoriser les résultats de la recherche académique, en particulier par le soutien à la création d'entreprises.

A Lyon: PulsaLys
A Grenoble: GIFT

Structures de soutien aux créateurs

Sur le site Lyon-Saint-Etienne :
  • Beelys  accompagne et soutient les porteurs de projet, étudiants et jeunes diplômés. Ce dispositif est ouvert aux jeunes diplômés d’université étrangères.

Sur le site Grenoble-Alpes:
  • Grain accompagne les projets innovants

Entreprises individuelles

Les docteurs créent des entreprises dans le domaine du conseil, des études ou de la formation.

Le régime de l’auto entrepreneur facilite la création d’entreprises individuelles. Il bénéficie d’une simplification administrative ainsi que d’un régime fiscal avantageux. Plus d'informations ici.

Pour être conseillé: Lyon ville de l'entrepreneuriat