aprs le doctorat > Lombardie > Emploi et insertion des docteurs


Emploi et insertion des docteurs en Lombardie

Résultats d'enquêtes

Résultats issus d’une enquête sur les parcours professionnels en Lombardie de 3 cohortes de docteurs diplômés des principales universités lombardes (Bergamo, Varese-Insubria, Milano-Bicocca, Milano, Bocconi, Cattolica del Sacro Cuore, Politecnico et Pavia ) dans les premières années qui suivent la diplomation, par le CRISP et le bureau de placement de l’Université Milan-Bicocca.

35% des docteurs diplômés des universités lombardes et vivant en Lombardie ont un contrat de travail salarié ou assimilé en cours 12 mois après la thèse. Ce taux reste stable 2 ans après la thèse.

Le travail indépendant et les éventuelles mobilités en-dehors de la région ou à l’étranger n’étant pas prises en compte par l’enquête, on peut supposer que le pourcentage de docteurs diplômés des établissements de Lombardie réellement en emploi est supérieur.

Les docteurs en Maths, Médecine, Physique et Chimie enregistrent des taux d’emploi, 2 ans après la thèse, supérieurs aux autres dans toutes les cohortes enquêtées (Plus de 40%).

La plus grande partie des docteurs salariés trouve un emploi dans les institutions académiques, confirmant que le doctorat est considéré comme un premier pas vers le monde de la recherche et de l’université plutôt qu’un profil attractif pour les entreprises lombardes.

Table 1 Statistiques descriptives du premier emploi par discipline

statistiques descriptives du premier emploi par discipline

Les parcours des docteurs des disciplines techniques sont caractérisés par une insertion professionnelle rapide à l’aide de contrats de travail de courte durée-au regard de la moyenne globale- dans des métiers hautement qualifiés, principalement dans des institutions universitaires. Ceux des docteurs en sciences sociales et lettres sont caractérisés par une insertion moins rapide avec des contrats de travail moins qualifiés, en termes de compétences demandées, et avec moins de débouchés dans le secteur universitaire.

Les parcours des docteurs en droit et en médecine suivent des logiques propres aux particularités de leurs professions (école de spécialisation pour les médecins, pratiques libérales pour les juristes).
 

Les contrats sur projet, largement les plus fréquents, diminuent un peu dans les 2 premières années au profit des contrats à durée déterminée et à durée indéterminée.